Toute l'actualité du CELT : conférences, revue Études Touloises, prix Moselly...

samedi 15 décembre 2018

Les vœux des Études Touloises pour 2019


Ce message témoigne aussi, de la part de l'équipe de réalisation des Études Touloises, de sa reconnaissance à tous ceux qui, par leurs recherches, par leurs participations passée (ou futures), contribuent au succès de notre magazine toulois.

En Provence, puisque c'est là que je réside, on dit : Bon bout d'an et à l'an qué ven !
Bernard HUMBERT
Rédacteur des Études Touloises

mercredi 12 décembre 2018

Les Monuments aux morts [Compte-rendu de la conférence du 11 décembre 2018]



En guise d'introduction, Philippe Masson a projeté une photo prise aux Thermopyles (Ve siècle avant J.C.) montrant que l'hommage aux soldats morts durant les guerres est très ancien.
Une plaque y porte l'inscription " Passant, va dire à Sparte qu’ici nous sommes morts pour obéir à ses lois”.


Dans un premier temps, il a été question des sépultures en hommage aux tués pendant les combats de 1870, notamment allemands, sur leurs lieux de combats ; les français sont plus proches des localité en périphérie des champs de bataille comme celui de Mars-la-Tour, qui a dû ménager la susceptibilité de l'occupant. À noter qu'alors, la croix de Lorraine n'était pas un symbole français pouvant froisser l'occupant allemand.


Depuis 1871, les monuments ont été édifiés en France sous l'impulsion du Souvenir français (Fondateur, François-Xavier Niessen)et par l'animateur du Souvenir Français en Lorraine, Jean-Pierre Jean.

L'accent a été mis sur les monuments aux morts de la guerre de 14/18, et, en tout premier lieu, ceux allemands, édifiés sur place pendant les combats, adressés aux "Kammeraden" tombés pour la patrie "Vaterland".

Cimetière allemand de Saint-Mihiel, un soldat dans une attitude humble.

Les monuments aux morts français ont été érigés dans pratiquement toutes les villes et villages de France, au début des années 20 et ont bénéficié d'une subvention (modeste) de l'État. Certaines paroisses ont installé une plaque dans l'église du village.
Les mentions inscrites rendent hommage aux soldats ou héros "morts pour la France" avec des variantes dans la formule, sauf en Alsace Moselle où est inscrite une phrase simple du type "aux tués..", les soldats ayant pour la majorité d'entre eux, combattu sous l'uniforme Allemand.

Les noms des soldats y sont toujours inscrits, rarement par ordre du grade (Pagny-sur-Moselle) mais plus souvent suivant l'année de leur mort (Pierre-la-Treiche) ou par ordre alphabétique (Toul) ; ordonnancement contrarié par l’identification de victimes après l'édification du monument.
Quant à la statuaire, elle va de la simple colonne, éventuellement surmontée d'un symbole (coq), au monument le plus élaboré (Commercy…).
Rares sont les monuments pacifistes avec l'inscription "plus jamais..."

Pagny-sur-Moselle

Pierre-la-Treiche

Toul




Commercy

Hattonchâtel

Enfin, hommage a été rendu aux associations qui entretiennent ou restaurent ces monuments. Citons Denis Mellinger, sculpteur meusien, pour le remplacement du lion de Varvinay en Meuse (monument allemand longtemps laissé à l'abandon) ou pour l'édification d'un monument incitant au devoir de mémoire à Lamorville - Lavignéville (55). On lui doit aussi, à Neuville-les-Vaucouleurs (55), un récent bronze en hommage aux ânes blessés ou morts durant la guerre de 14/18.



mercredi 5 décembre 2018

Conférence du 11 décembre 2018

Salle des adjudications à 20h30

Philippe Masson propose une conférence illustrée sur les Monuments aux morts. Il s'agira d'étudier l'origine des monuments au morts puis, en se centrant sur la période de l'entre deux guerres, de détailler leur typologie et le message qu'ils peuvent délivrer. Les exemples seront essentiellement lorrains.
Entrée libre.



Monument aux morts de Toul
en deux parties situées de part et d'autre du monument au siège de 1870

mercredi 28 novembre 2018

Études Touloises : mise en ligne du n°162

Les quatre principaux articles du numéro 162, dont la nouvelle lauréate du prix Moselly 2017, sont en ligne sur le site de la revue.

dimanche 25 novembre 2018

Études Touloises n° 166, spécial Émile Moselly

En kiosque, et en accès abonnés sur le site des Études Touloises.
 

Au sommaire :
  • Émile Moselly, Peintre des paysages toulois, poète de leur flore, par Paul Montagne
  • Chaudeney-sur-Moselle. Le village d’Émile Chenin dit Moselly, au XIXe siècle, par Jean-Paul Aubé
  • La Moselle : contribution collective des lauréats du Prix Moselly des années passées. Textes recueillis par Micheline Montagne
  • Une commémoration littéraire avortée : le monument à Émile Moselly, par Philippe Masson
  • Moselly censuré, par Philippe Masson
  • Album photos : Émile Moselly
  • Prix Moselly 2018 : La révolte de la vieille dame, par Geneviève Bobior-Wonner


Remise du prix Moselly 2018

Si les manifestations sociales avaient peut-être dissuadés certains de se déplacer, la salle des tapisseries du musée d'Art et d'Histoire de Toul était néanmoins bien remplie par les auditeurs venus découvrir ce samedi 24 novembre 2018 la nouvelle primée pour le prix Moselly 2018 : La révolte de la vieille dame, et son auteur : Geneviève Bobior-Wonner.
Madame Geneviève Bobior réside à Sérémange-Erzange en Moselle. Âgée de 75 ans, elle est retraitée de l'éducation nationale après avoir enseigné les lettres et l'histoire-géographie en France et Outre-mer. Ce n'est pas une débutante en écriture puisqu'elle a déjà publié plusieurs ouvrages, dont des romans policiers. Elle avait tenté sa chance une première fois dans le concours toulois en 2017.
La cérémonie a été ouverte par Gérard Howald, adjoint représentant Alde Harmand, maire, empêché en dernière minute. Après une courte intervention de Philippe Masson, président du CELT, Corinne Florentin a communiqué les statistiques concernant les nouvelles reçues et les 28 participants au concours 2018.
Puis la lauréate et trois membres du jury se sont relayés pour faire la lecture du texte au public qui en faisait la découverte.
Elle s'est vue remettre par Philippe Masson 5 exemplaires du numéro 166 des Études Touloises spécial centenaire du décès de Moselly dans lequel sa nouvelle est éditée, un exemplaire de l'ouvrage Dans les pas de Moselly réalisé par le CELT. Gérard Howald lui a offert un chèque de 500 euros de la part de la ville de Toul et Pascale Laurent "faiseuse de couleurs" un diplôme original de sa composition, illustrant la nouvelle.

Gérard Howald et Philippe Masson ont ensuite présenté l'exposition "Moselly inédit - Un écrivain d'après ses archives et le fonds de l'académie Goncourt" présentée dans cette même salle des tapisseries.

Il a été possible ensuite de partager ses impressions avec la lauréate lors du vin d'honneur offert par la ville de Toul. Elle a ainsi confié que si sa nouvelle était une fiction, la petite Marie chétive née pendant la guerre, c'était elle.

De gauche à droite :
Geneviève Bobior, Corinne Florentin, Gérard Howald, Philippe Masson



Pascale Laurent et son œuvre

Article du 25 novembre 2018 - Source Est Républicain

jeudi 22 novembre 2018

Conférence au musée - Samedi 24 novembre

Dans le cadre des conférences "Une heure, une œuvre" organisées par les Amis du Musée de Toul, Philippe Masson, président du CELT, présentera le tableau "Une vosgienne" de Henri Rovel.