Toute l'actualité du CELT : conférences, revue Études Touloises, prix Moselly...

samedi 21 mai 2022

À propos de la sortie botanique du samedi 21 mai 2022 sur les remparts de Toul

C'est au printemps que de nombreuses plantes révèlent toute leur beauté à travers leurs fleurs et leurs couleurs, c'est pourquoi Paul Montagne nous a conviés ce samedi à une exploration botanique des remparts de Toul. Les remparts et leur végétation sont habituellement magnifiques. En regardant de plus près, de petites fleurs jaunes, mauves, blanches nous sont apparues, offrant leurs corolles à nos regards curieux.

 Nos oreilles attentives ont pu entendre leurs noms communs ou scientifiques, et parfois l'histoire de leur arrivée sur les remparts.

 La végétation s'installe partout où elle le peut donnant ici un beau mur végétal naturel, là un tapis de différentes espèces de trèfles (qui n'ont pas quatre feuilles !).

Nous avons pu nous rappeler qu'une feuille pouvait présenter plusieurs folioles et que nous n'effeuillions pas la marguerite, mais que plus poétiquement nous la déflorions puisque ce sont ses pétales que nous enlevons un à un pour découvrir les penchants du cœur de l'être aimé...
 
C'était une belle balade, merci Paul, et à l'année prochaine !

vendredi 13 mai 2022

Samedi 21 mai 2022 : Sortie botanique sur les remparts de Toul guidée par Paul Montagne

Départ 10 heures au Champs de Foire. Chaussures adaptées. 
 

 

Retour sur la conférence du 10 mai 2022

Paul Montagne, membre du CELT, consacre sa retraite à la botanique. Outre des conférences, il anime des sorties sur le terrain.
 

Paul Montagne a ravi son public en présentant des plantes très diverses évoquant de près ou de loin la sexualité humaine, soit par leur aspect, leur odeur, leur nom, leurs pouvoirs (supposés ou réels), leur symbolique… Un brin d'érotisme dans la présentation, sans vulgarité ni pornographie, les commentaires les plus coquins étant peut-être dans les textes littéraires lus en voix off (Marot, Voltaire, Cavanna…), les chansons, l'extrait cinématographique accompagnant les photos et les gravures anciennes.

La présentation trop courte au gré des personnes présentes, s'est poursuivie par un débat et des questions. Un court bonus a été proposé : quelques accouplements d'insectes que le conférencier avait, avec humour, intitulé "Kâma-Sûtra entomologique".

mardi 3 mai 2022

Retour sur la sortie du samedi 30 avril

18 personnes étaient au rendez-vous, place de la Michonnette. Embarquement pour le co-voiturage, organisé de main de maître par le président, Philippe Masson qui, détenant la liste des inscrits et le nombre de places disponibles dans les véhicules, avait réparti les passagers. Le départ eut lieu pile-poil à l'heure prévue.

Le groupe était attendu à 10 heures au Musée du Pays de Sarrebourg (57) situé rue de la Paix. Celui-ci fut facile à trouver, ainsi que des places de parking à proximité. Le timing étant respecté, les Toulois arrivèrent juste pour l'ouverture des portes de l'établissement.
 

La visite débuta à la chapelle des Cordeliers renfermant un exceptionnel vitrail de Chagall "La Paix", aussi dénommé "L'arbre de vie", ainsi que plusieurs vitraux latéraux. La chapelle fut sauvée de la destruction grâce à Pierre Messmer, maire de la cité. Il commanda cette œuvre (terminée en 1977) pour "fermer" la nef tout en lui donnant de la lumière. L'œuvre mesure 12 mètres de haut sur 7 mètres 50 de large. Elle fut élaborée dans l’atelier Simon de Reims. Chagall, qui ne s'était pas fait payer pour sa conception, ne la vit jamais en place.
L'œuvre fut décryptée jusque dans le moindre détail par une excellente guide, généreuse en explications.
 
 

 


La même guide décrypta au musée une tapisserie "La Paix", réalisée en 1993 par Yvette Cauquil-Prince, réplique d'un autre vitrail de Chagall inauguré aux Nations Unies en 1964. La tapisserie, de taille identique au vitrail américain, est beaucoup plus petite que l'œuvre de la chapelle des Cordeliers.

Un autre guide prit le relai pour l'archéologie du musée dont une partie est exposée dans une grande salle très lumineuse, éclairée par une grande verrière. Ce fut une introduction à la visite prévue l'après-midi. 

Pas question de quitter les lieux sans avoir admiré les pièces de faïence et surtout de porcelaine de Niderviller, présentées dans une salle dédié.

Le plus difficile fut de trouver le restaurant "Chez Jean-Louis" où le repas était prévu, les GPS conduisant les véhicules au 33 rue de Sarreguemines devant de simples maisons d'habitation ! En fait, l'établissement se trouve à l'extérieur de la cité, au 33 de la D43 menant à Sarreguemines : un "détail" important.
Au menu : suprême de volaille, sauce riesling, spätzle maison, salade de fruits, un verre de Riesling, café.
 
 
Le timing étant large, les participants eurent tout loisir qui d'acheter des chaussures au magasin Méphisto tout proche, qui de bavarder avec un marionnettiste à Abreschviller, et/ou de faire une incursion dans l'église… ou simplement d'attendre l'heure au soleil.
Le rendez-vous avait été donné devant la mairie d'Abreschviller à 15 heures 15. La guide mena le convoi jusqu'au site archéologique gallo-romain. Il fallut emprunter une petite route forestière usuellement fermée à la circulation, localement mal carrossée. Un court chemin (heureusement sec, car tous les participants n'avaient pas pensé à s'équiper de chaussures tout-terrain) permit d'accéder au site de la Croix-Guillaume, sur la commune de Saint-Qurin. L'endroit se trouve sur un plateau gréseux au cœur d'une belle forêt de hêtres, sapins et mélèzes avec un sous-bois de callune, genêt, myrtille, fougère aigle…
 
Le groupe put parcourir les vestiges d'un hameau occupé du 1er au 3e siècle : anciennes terrasses bordées de murets dédiées à la culture, vestiges d'habitation, citerne, carrière de grès et vaste espace cultuel au centre duquel a été placée une reconstitution d'un "Jupiter à l'aigle" réalisée par le sculpteur meusien Denis Mellinger. Des panneaux explicatifs permettent aux visiteurs qui n'auraient pas la chance d'être accompagnées par Dominique Heckenbenner de comprendre le site. 
Les objets qui ont été exhumés pendant les fouilles sont exposés au musée de Sarrebourg. Les fouilles sont encore d'actualité et font appel à des étudiants déjà aguerris lors de chantiers d'été.
 


 
Le CELT remercie chaleureusement Dominique Heckenbenner, ancienne conservatrice du musée de Sarrebourg, présidente de l'Association pour la Recherche Archéologique au Pays de Sarrebourg (ARAPS), non avare d'explications et qui répondit avec moult détails aux nombreuses questions posées par les Toulois. Signalons qu'elle ne s'est pas fait payer, mais a vendu des fascicules au profit de l'ARAPS. 
 
 
Le site de la Croix Guillaume s'intègre dans un ensemble d'habitats gallo-romains s'étendant de Sarrebourg à Saverne et au col du Donon étant loin d'avoir dévoilé tous ses secrets.
Quand nous fûmes de retour à Toul, les cloches de la cathédrale sonnaient : il était précisément 20 heures 45.
Le coût de l'expédition était de 25 euros, hors co-voiturage (10 euros par passager).
 
***
 



dimanche 1 mai 2022

Conférence du 10 mai 2022

Botanique amoureuse et coquine 
par Paul Montagne 
 mardi 10 mai, 20h30
salle des adjudications, cour de l'hôtel de Ville de Toul
entrée libre

Paul Montagne, ancien ingénieur de recherches à l'INSERM, consacre sa retraite à la botanique. Membre du CELT dont il est le trésorier. 


Un botaniste devrait-il toujours être sérieux ? Comment le pourrait-il quand les premiers botanistes de l’histoire furent Adam et Êve qui partagèrent le fruit défendu du jardin d’Éden ? Une leçon de botanique devrait-elle toujours être ennuyeuse ? Comment le pourrait-elle quand elle est un peu polissonne et discourt d’amour en mêlant images, poésie, musique et humour ?

lundi 25 avril 2022

Décès de Colette Berger

C'est avec une profonde tristesse que nous apprenons le décès de Colette Berger, fidèle adhérente du CELT, mais aussi des Amis du musée et de Toul accueil. Ancienne secrétaire de l'usine de Foug, c'était une personne cultivée ayant énormément voyagé à travers le monde. Elle était de toutes les sorties, de toutes les conférences et manifestations associatives jusqu'à ce que sa santé réduise ses capacités à se déplacer. Depuis sa retraite, elle habitait à quelques pas de l'entrée du cloître de la cathédrale. 

Le CELT adresse ses sincères condoléances à se proches. 

 

dimanche 24 avril 2022

Retour sur la conférence du 13 avril 2022 présentée par Roger Wadier

 


Si l'or noir reste est cher au cœur des tintinophiles et l'or jaune aux amoureux de la mirabelle lorraine, l'histoire a presque oublié l'or bleu qui fit pourtant la fortune du pays d'Amiens aux XIIe et XIIIe siècles. À une époque où la couleur bleue, rarissime car très difficile à obtenir, était parfois associée au diable -avant que la vierge Marie ne l'en dépossède- tant sa fabrication semblait relever du sortilège, les champs de Picardie se couvrirent de Guède (ou waide), -parfois improprement appelée "pastel" une plante déjà bien connue dans l'Antiquité et que Pline comparait à ... de la salade. Arrivées à maturité, les feuilles, cassantes comme du verre, étaient coupées, mises à sécher et pétries en boules qui pouvaient alors être proposées à la vente sur les étals des marchés, ou chargées sur de longs bateaux plats pour être exportées. Une fois durcies, les boules dites "coques" étaient broyées, et laissaient échapper -dans des odeurs hélas pestilentielles- la substance magique d'où pourrait naître une teinture bleue sans pareille.
Et c'est ainsi qu'une simple "salade" (dixit Pline) fit la fortune de quelques gros négociants wadiers qui, bons princes -on n'est jamais trop prudent en prévision de l'au-delà- investirent une partie de leurs écus dans la construction de la cathédrale d'Amiens, la plus vaste de France. À l'exception d'un seul, les vitraux représentant la culture et le travail de la guède ont hélas disparu.
En revanche, Saint Nicolas, dont les Lorrains auraient peut-être tendance à s'accaparer un peu vite, est omniprésent, puisqu'il est patron non seulement des enfants mais aussi des mariniers. Dans leurs prières, les wadiers picards lui confiaient le soin de veiller particulièrement sur leurs précieuses cargaisons...