Toute l'actualité du CELT : conférences, revue Études Touloises, prix Moselly...

mercredi 16 mai 2018

Alfred Renaudin [résumé de la conférence]


Membre de l’Académie Stanislas, chevalier des Arts et Lettres, Francine Roze a passé 45 ans à la direction du Musée Lorrain à Nancy.
Elle a rédigé une monographie : "Alfred Renaudin, Les couleurs de la Lorraine", ouvrage réalisé à l'occasion de l'exposition présentée au Musée du Château des Lumières à Lunéville en 2015.


Alfred Renaudin - 1866-1944
(Source image : l'Est Républicain)


"Alfred Renaudin. Au panthéon des artistes lorrains, ce nom est loin d’être ignoré. Pourtant, alors que des Émile Friant ou autres Étienne Cournault font aujourd’hui la gloire des cimaises, Renaudin n’est encore trop souvent perçu que comme un peintre de paysage. Limiter son œuvre à la seule thématique des paysages semble injustement réducteur, même si la peinture de paysage constitue effectivement l’essentiel de son travail. En effet, pour qui s’attache à lire ses tableaux, à les faire parler, à les décrypter, ils constituent bien plus que de belles compositions pittoresques et colorées. Ils sont des témoignages vivants, fidèles et véridiques d’une époque aujourd’hui révolue, dans laquelle prennent nos racines. Observer les paysages d’Alfred Renaudin, c’est découvrir mille choses à jamais disparues de la culture matérielle de nos aïeux, mille détails de ce que fut leur environnement. C’est prendre finalement conscience que Renaudin fut un observateur de talent, attentif à la vie quotidienne de ses contemporains autant qu’au patrimoine régional et qu’à l’actualité du moment."
                        Francine Roze

Renaudin partait à vélo pour aller travailler sur le terrain. On imagine l'équipage, avec sur le porte-bagages, l'amoncellement chevalet, tabouret, parasol, palette, pinceaux, boites de peinture, et, au sommet, le légendaire pot de géranium dont il se servait pour mette une touche de couleur vive sur son tableau.
Son œuvre est de l'ordre de 1000 toiles, mais une grande quantité a péri ainsi que la majorité de ses carnets dans l'incendie de son atelier en 1943. La plupart de ses toiles fait partie de collections particulières.

La conférencière s'est limité à parler de ses œuvres lorraines. Il est à noter qu'elles ont toujours un plan d'eau au premier plan, et que si des monument y sont représentés, ils sont souvent cachés derrière de la verdure, ce qui est le cas pour la cathédrale de Toul dont le tableau fait partie des collections du musée d'Art et d'Histoire de Toul.





lundi 14 mai 2018

Décès d'Alain de Nardo

C'est avec une grande tristesse que nous apprenons le décès d'Alain de Nardo, membre du jury du prix Moselly.
Sincères condoléances à toute sa famille et plus particulièrement à son épouse Colette qui œuvre chaque lundi à la bibliothèque du Musée d'Art et d'Histoire de Toul.



samedi 5 mai 2018

Conférence de mai : Alfred Renaudin par Francine Roze

Aujourd'hui en retraite, Francine Roze a passé plus de 40 ans au musée Lorrain à Nancy. Elle est membre de l’Académie Stanislas et chevalier des Arts et Lettres.

Le mardi 15 mai 2018, elle parlera du peintre Alfred Renaudin (1866-1944)
La conférence sera présentée à la Salle des adjudications à Toul à 20 heures 30
Entrée libre

Blénod-les-Toul (1938)
Collection du Musée d'Art et d'Histoire de Toul

dimanche 29 avril 2018

Le CELT aux Journées d'Histoire Régionale

Le CELT sera présent aux journées d'Histoire Régionale à Saint-Dié le samedi 5 mai et le dimanche 6 mai de 14 heures à 18 heures.
Sur son stand, seront présentés 2 posters réalisés pour l'occasion, expliquant tout sur la pirogue monoxyle découverte dans les alluvions de Moselle près de Chaudeney. La pirogue est exposée au musée de Toul.
http://histoirepatrimoines.lorraine.eu/actualite/detail/decouvrez-les-prochaines-journees-dhistoire-regionale.html






lundi 16 avril 2018

Décès d'Hubert Collin

Nous apprenons le décès d'Hubert COLLIN, ancien conservateur général des archives de Meurthe-et-Moselle à Nancy, qui avait donné plusieurs conférences pour le CELT.
Nos sincères condoléances à son épouse Simone et à ses proches.


Faire-part de décès (Est Républicain)


Article de l'Est Républicain, du 6 juillet 2003, publié au moment de son départ en retraite, retraçant son parcours

Hubert Collin faisait partie de l'Académie Stanislas.

dimanche 15 avril 2018

La séparation des Églises et de l’État dans l'arrondissement de Toul [résumé de la conférence]


 Tom Hacquin, chercheur de l'Université de Lorraine à Nancy, conférencier, et Philippe Masson, président du CELT.

Le contexte politique et religieux du Toulois, développé dans la première partie de l'exposé, a permis de comprendre le rôle tenu dans l'Histoire par des personnalités locales dont certaines rues de Toul portent le nom.
La seconde partie de la conférence a décrit divers épisodes, parfois cocasses, des réfractaires à l'inventaire effectué au début de l'année 1906.
Contrairement à ce qu'on aurait pu croire, ce n'est pas à Toul (ou le temple et la synagogue étaient également concernés) que cela fut le plus violent, mais dans les villages tels que Lucey, Lagney, Pagney… où la pratique religieuse était la plus importante, en conformité avec les décomptes de messalisants et et des pascalisants trouvés dans les archives.

Un des épisodes les plus originaux fut l'introduction de ruches dans une église pour dissuader l'entrée des représentants de l'État dans l'édifice religieux.

Cette conférence, claire et concise, était la première intervention publique de Tom Hacquin. De nombreuses questions lui ont été posées ensuite lors d'un débat intéressant.
Le CELT lui adresse tous ses encouragements.

mardi 3 avril 2018

Conférence d'avril 2018 : La séparation des Églises et de l’État dans l'arrondissement de Toul .

Mardi 10 avril à 20h30 salle des Adjudications
Tom Hacquin, jeune chercheur de l'Université de Lorraine,
présentera, son travail sur le thème suivant : 

"La séparation des Églises et de l’État dans l'arrondissement de Toul"


Sujet de la conférence :

"Adoptée le 9 décembre 1905, la loi de séparation des Églises et de l’État entre en vigueur le 1er janvier 1906, mettant ainsi fin à plus de cent ans de Concordat. L'application de la loi sur l'ensemble du territoire national, et plus particulièrement la procédure des inventaires des biens d’Église, effectuée à partir de janvier 1906, est alors le théâtre de confrontations particulièrement houleuses opposant clergé et paroissiens aux forces de l'ordre.
Dès lors, nous nous pencherons sur le cas de l'arrondissement de Toul, à travers la loi de Séparation de l’Église et de L’État. Nous nous attacherons à décrire l'attitude des populations, du clergé, du personnel politique et administratif face à l'application d'une loi qui constitue encore aujourd'hui un des fondements du régime républicain. De la crise des inventaires à l'application de la loi ; impliquant notamment l'affectation des différents biens d’Église, nous tenterons de déterminer le portrait à la fois sociologique, religieux et politique de cet arrondissement. S'ouvriront par conséquent une série de questionnements auxquels nous tenterons de répondre. Y-a-t-il eu une véritable résistance à la loi de Séparation, notamment lors des inventaires des biens d’Église? Si oui, quelles furent les zones les plus touchées et quels enseignements peut-on en tirer, notamment dans la répartition géographique de ces derniers ? Quel fut le rôle joué par le clergé ou le personnel politique et administratif, pendant et après les inventaires ? Quelles furent les populations concernées par les résistances et de fait, quelle forme prit l'opposition à la loi de Séparation ?
On constatera en outre, qu'au delà même des multiples incidents qu'elle implique, l'étude de la "querelle des inventaires" est également l'occasion de mettre à jour les singularités d'un territoire qui, bien que rural et peu peuplé, n'en n'est pas moins réceptif aux grands enjeux politiques du début du XXème siècle. "